USD21/1040.8815-0.1635
EUR21/1052.1198-0.4055
RIA Novosti

Opinions

L'Iran et les Etats-Unis : entre la guerre et la paix

Dossier: Rumeurs d'attaque contre l'Iran

19:21 22/02/2007
Par Piotr Gontcharov, RIA Novosti

Le 23 février, le directeur général de l'AIEA doit soumettre au Conseil de sécurité de l'ONU un rapport sur la façon dont l'Iran remplit les exigences de la résolution 1737 adoptée par le Conseil en décembre de l'année dernière. La résolution prescrit à l'Iran de suspendre les travaux d'enrichissement d'uranium avant le 21 février 2007. Si le rapport stipule que Téhéran n'a pas rempli ces exigences, le Conseil de sécurité prendra des mesures supplémentaires visant à durcir les sanctions.

Cependant, la situation qui se crée actuellement autour de l'Iran dépasse nettement le cadre de son programme nucléaire. Les Etats-Unis accélèrent les événements. Selon la revue britannique New Statesman, les forces et les moyens qui se trouvent dans le Nord-Ouest de l'océan Indien et dans le golfe Persique permettent d'ores et déjà au président américain de détruire en quelques heures l'infrastructure politique, économique et militaire de l'Iran.

Il est déjà évident que le nucléaire iranien n'est pas, pour les Etats-Unis, le problème principal, loin s'en faut, dans leurs rapports avec l'Iran. Washington a laissé entendre à Téhéran que l'Iran ne dominerait pas au Proche-Orient, qu'il ne contrôlerait pas le golfe Persique et que les Etats-Unis défendraient leurs intérêts dans la région qu'ils ne quitteront en aucun cas. Washington a également laissé entendre à Téhéran sans ambiguïté qu'il n'avait plus l'intention de tolérer la politique de l'Iran à l'égard de l'Irak. Tout cela est exposé dans la "nouvelle stratégie de George Bush".

Il devient de plus en plus évident que l'élément principal de la "nouvelle stratégie" n'est pas l'envoi en Irak de deux bataillons de marines et de cinq brigades terrestres, mais la création dans le golfe Persique de deux groupes de choc de porte-avions et le déploiement dans cette région du nouveau système américain de défense antimissile Patriot PAC-3. Il est vrai qu'on ignore si tout ce puissant potentiel militaire sera utilisé ou si les Etats-Unis se borneront à jouer des muscles et à manifester leur détermination. Il ne faut pas exclure que le refus de Téhéran d'arrêter l'enrichissement d'uranium soit un prétexte valable aux yeux des Etats-Unis pour venir à bout d'un adversaire qui prétend jouer le rôle principal dans la région et qui les empêche d'appliquer leur "nouvelle stratégie".

Pour l'instant, le président George Bush qualifie les propos sur les frappes militaires éventuelles contre l'Iran de "spéculations politiques typiques de Washington". Le chef du Pentagone Robert Gates lui fait écho en affirmant que la création d'un puissant groupement de porte-avions dans le golfe Persique doit être considérée comme un "mécanisme solide" destiné à faire entendre raison à l'Iran. A faire comprendre que les Etats-Unis sont un acteur incontournable, même s'ils se sont enlisés en Irak. Robert Gates et George Bush reconnaissent que "l'emploi de la force est l'ultime moyen de régler les problèmes", si l'Iran ne saisit pas qu'il faut compter avec les Etats-Unis en toutes circonstances.

A en juger par les signes extérieurs, Téhéran ne se presse pas de suivre les conseils de la Maison Blanche et se montre opiniâtre. L'Iran effectue des exercices engageant 20 brigades terrestres. Ces exercices ne sont pas seulement les plus importants de ces dernières années, ils ont aussi une particularité : des armes de DCA récemment acquises ont été employées à cette occasion.

En même temps, Téhéran fait savoir à la dernière minute, selon la manière qui lui est propre, sa volonté de reprendre les pourparlers sur le programme nucléaire iranien afin de "lever les appréhensions et les inquiétudes" de la communauté internationale. A cette fin, le Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale de l'Iran Ali Larijani rencontre à Vienne le directeur général de l'AIEA. La prochaine session du Conseil des gouverneurs de l'AIEA sur le dossier nucléaire iranien est prévue pour les 5-6 mars.

Comme l'a déclaré à la veille de cette rencontre Mohamed ElBaradei, il fera tout son possible pour persuader l'Iran qu'il est dans son intérêt de rechercher les moyens de poursuivre les négociations. Si ses efforts échouent, il sera vain de faire un pronostic sur "ce qui pourra arriver demain".

Mais même si ses efforts sont couronnés de succès, il est peu probable que cela conduise à des changements radicaux. Le président iranien a déclaré que Téhéran n'avait pas l'intention de suspendre l'enrichissement d'uranium et que les unités d'élite des forces armées du Corps des gardiens de la révolution ont repoussé, au cours des exercices, "une attaque d'avions, d'hélicoptères et de missiles d'un adversaire conventionnel, en utilisant 620 missiles et armes de DCA".

L'Iran montre qu'il est prêt à se défendre.

  • Add to blog
  • Send to friend
  • Share

Ajouter à mon blog

Afin d'insérer un lien vers cet article, veuillez copier le code suivant dans votre blog

Code publication:

Prévisualisation:

RIA NovostiL'Iran et les Etats-Unis : entre la guerre et la paix

19:21 22/02/2007 Par Piotr Gontcharov, RIA Novosti >>

Envoyer à un ami

Champs à renseigner obligatoirement!

Partager

 FacebookTwitter TwitterViadeo Viadeo


Рейтинг@Mail.ru
© 2014 RIA Novosti
Cette ressource pourrait contenir des informations déconseillées aux moins de 18 ans