USD26/1144.9758+0.1906
EUR26/1155.8779+0.3443
RIA Novosti

Opinions

Russie - Maroc: les relations bilatérales ont fait leurs preuves

Dossier: Poutine au Maroc

09:40 06/09/2006
Les relations russo-marocaines ne datent pas d'hier. En 1777, le sultan du Maroc Mohamed III Ben Abdallah proposa à l'impératrice de Russie Catherine II d'établir des contacts et d'entamer des échanges commerciaux entre les deux empires.

En novembre 1897, un consulat général de Russie fut ouvert à Tanger.

Les relations diplomatiques entre l'Union soviétique et le Maroc ont été établies le 1er septembre 1958. Le 30 décembre 1991, la Russie a succédé à l'URSS.

Le dialogue politique se développe avec dynamisme.

Du 14 au 18 octobre 2002, le roi Mohamed VI s'est déplacé en visite officielle à Moscou. Les deux parties ont signé la Déclaration sur le partenariat stratégique. Dans le cadre de cette visite ont été signés les documents ci-dessous: accords intergouvernementaux sur les voyages sans visa pour les diplomates et spécialistes, sur la coopération dans les PTT et les technologies d'information, sur la coopération dans le domaine de la pêche maritime; accord entre la Chambre de commerce et d'industrie de Russie et la Fédération des chambres de commerce du Maroc; mémorandum de compréhension mutuelle entre Roskosmos, d'un côté, et les Centre royal de télédétection spatiale et Centre royal d'études spatiales du Maroc, de l'autre, dans le domaine de l'utilisation de l'espace à des fins pacifiques.

Le 16 octobre 2003, le président russe Vladimir Poutine a eu un bref entretien avec le roi Mohamed VI en marge du sommet de l'Organisation de la Conférence islamique en Malaisie.

La coopération interparlementaire devient de plus en plus solide. Du 19 au 25 octobre 2005, le président de la Chambre des conseillers du parlement marocain Mustafa Okacha s'est rendu en Russie en visite officielle. Un protocole de coopération entre les chambres hautes des deux parlements a été signé à l'issue de cette visite.

Les contacts diplomatiques sont réguliers. Les 22-23 novembre 2005, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a fait escale au Maroc lors de son déplacement de travail dans des pays d'Afrique du Nord. Le chef de la diplomatie a été reçu par Mohamed VI et lui a transmis un message du président russe.

Les 4-5 avril 2006, Taïeb Fassi-Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, s'est rendu en visite de travail à Moscou.

Du 7 au 9 juin 2006, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération Mohamed Benaïssa a effectué une visite de travail à Moscou.

Les chefs de diplomatie des deux pays ont des rencontres en marge des sessions de l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

Les relations économiques et commerciales sont régulées par les documents intergouvernementaux suivants:

- accord de commerce sur l'octroi réciproque du régime de la nation la plus favorisée et les règlements en monnaie convertible en date du 15 avril 1994 (entré en vigueur le 12 janvier 2000);

- accord sur la suppression de la double imposition en date du 4 septembre 1997 (entré en vigueur le 1er janvier 2000).

Le Maroc est un des principaux partenaires commerciaux de la Russie sur le continent africain et occupe même la première position dans les échanges russo-africains.

Les rapports commerciaux ont été établis en 1956. Le Maroc a importé sur une base régulière des matières premières et des semi-produits russes jusqu'à la fin des années 1980. Il s'agit de pétrole, d'ammoniaque, d'engrais azotés, de bois de sciage, de charbon et de verre. L'Union soviétique a acheté notamment du triple superphosphate, des acides phosphoriques, des agrumes, des conserves de poisson et des vins marocains.

A la fin des années 1980, la Russie a arrêté les achats de produits chimiques et d'agrumes marocains à cause du manque de devises. En 1992, la Russie a suspendu ses livraisons de pétrole au Maroc (700.000 tonnes par an) qui constituaient plus de 60% des recettes des exportations russes vers ce pays. Résultat: les échanges commerciaux ont sensiblement diminué au début des années 1990.

A partir de 1994 s'est esquissée une tendance à la normalisation des échanges économiques et commerciaux. Selon le bilan des paiements du Maroc pour 2005, rendu public en juin 2006, la Russie s'est classée quatrième pour les échanges commerciaux (sixième en 2004).

Les échanges bilatéraux se sont chiffrés en 2005 à 539,6 millions de dollars. Selon les données officielles marocaines, cet indice s'est élevé à 1.346,6 millions de dollars. (Cette divergence des chiffres s'explique par le fait que plusieurs produits d'exportation russes sont livrés sur le marché marocain par des pays tiers et ils ne sont pas pris en compte par les statistiques russes).

Principaux produits d'exportation russes: pétrole, laminés, ammoniaque, engrais, bois de sciage.

Principaux produits d'exportation marocains: agrumes (75% des ventes globales), café, tomates.

La Russie est le premier acheteur d'agrumes marocains (36,9% en volume en 2005, contre 32,5% en 2004). Ses importations au premier semestre 2006 ont augmenté de 9% par rapport à la même période de la saison 2004/2005 pour atteindre 534.000 tonnes. Le volume prévu des importations russes d'agrumes pour 2006 est de 300 millions d'euros.

La coopération économique et technique russo-marocaine enregistre des progrès des plus sensibles dans le domaine de l'énergie et l'industrie minière. La centrale hydroélectrique d'Al-Wahda, la plus importante dans le monde arabe et en Afrique (30% de l'électricité produite au Maroc), a été construite par le russe Technopromexport.

La centrale thermique de Jerada de 165.000 kW, le complexe de Mansur Eddahbi avec une centrale hydroélectrique de 10.000 kW et une ligne à haute tension de 200 km, la centrale hydroélectrique de Mulaï Yousef de 24.000 kW, ainsi que deux réfrigérateurs industriels de 5.000 tonnes chacun ont été construits avec la participation de l'Union soviétique.

Le groupement Technopromexport envisage de prendre part aux appels d'offres pour la construction de lignes HT et la modernisation de la centrale électrique de Talembot et de la centrale thermique de Jerada.

En décembre 1999, le russe Interkhimprom et l'Office chérifien des phosphates ont signé un protocole d'intention sur la coopération à long terme dans la production d'engrais. En janvier 2000, la Russie a livré les premiers lots d'ammoniaque en vertu du document.

En 1998, le russe Zaroubejvodstroï entame la coopération dans le domaine des travaux d'irrigation et hydrotechniques. Un accord est conclu avec le ministère marocain de l'Agriculture en vue de mettre au point un schéma général pour cultiver des céréales et un autre avec SODEA, gestionnaire des domaines agricoles de l'Etat, dans le domaine de la mise en valeur des terres.

Aujourd'hui, cinq entreprises conjointes fonctionnent au Maroc qui se spécialisent dans la construction de ports, la production et le traitement du gypse, la vente de machines agricoles et le forage pour l'adduction d'eau potable. Quelques projets sont mis au point dans le domaine de la géologie et de l'extraction des minéraux utiles.

La coopération dans le domaine de la pêche est vieille de trente ans. Des bateaux de pêche russes sont autorisés à travailler dans la zone économique exclusive du Maroc. Entre 1993 et 2005, les chalutiers russes ont pêché dans la zone maritime marocaine 658.500 tonnes de poisson. En 2005, douze bateaux russes ont pêché 115.500 tonnes de poisson, le quota russe étant de 120.000 tonnes.

N'oublions pas la coopération spatiale. En décembre 2001, le satellite de télédétection Maroc-Tubsat a été mis en orbite par un lanceur russe.

En avril 1994, les gouvernements des deux pays se sont entendus pour instituer la commission pour la coopération économique, scientifique et technique. Elle s'est réunie pour la première fois à Rabat du 24 au 27 février 2004. La deuxième réunion a eu lieu les 8-9 juin à Moscou.

Le 8 juin 2006, la Chambre de commerce et d'industrie de Russie et la Fédération des chambres de commerce et d'industrie du Maroc ont signé un accord sur la création du Conseil d'affaires russo-marocain.

Le ministère du Commerce extérieur du Maroc a entrepris la promotion de produits marocains sur le marché russe. Moscou et Saint-Pétersbourg ont été les premières villes où la promotion des ventes marocaines a débuté le 15 février 2006. Une campagne de publicité à la télévision et dans d'autres médias est prévue pour une durée de vingt-quatre mois.

Le tourisme est l'une des priorités du développement économique du Maroc. La suppression unilatérale des visas pour les Russes (pour un séjour de 90 jours à partir de la date d'entrée dans le pays) le 13 juin 2005 a contribué à des flux touristiques plus importants. Un projet d'accord intergouvernemental sur le tourisme est pratiquement achevé.

Les dirigeants marocains préconisent le jumelage de villes: tout récemment ont été jumelées les villes de Moscou et de Rabat, de Saint-Pétersbourg et de Casablanca.

  • Add to blog
  • Send to friend
  • Share

Ajouter à mon blog

Afin d'insérer un lien vers cet article, veuillez copier le code suivant dans votre blog

Code publication:

Prévisualisation:

Envoyer à un ami

Champs à renseigner obligatoirement!

Partager

 FacebookTwitter TwitterViadeo Viadeo


Рейтинг@Mail.ru
© 2014 RIA Novosti
Cette ressource pourrait contenir des informations déconseillées aux moins de 18 ans