RIA Novosti

Un général russe: militairement parlant le Hezbollah s'est montré à la hauteur

14:24 23/08/2006

Par Viktor Litovkine, commentateur militaire de RIA Novosti

Nous avions convenu avec le général d'armée Makhmout Gareev de nous rencontrer pour analyser la tactique et l'art opérationnel adoptés par les belligérants au cours du tout récent conflit israélo-libanais, mais dès le début de l'entretien le président de l'Académie russe des sciences militaires nous a demandé de commencer l'entretien par des appréciations politiques de cette guerre.

"La guerre ne saurait être séparée de la politique, a-t-il dit. Autrement ce ne serait pas sérieux. La tactique et l'art opérationnel sont des produits des missions politiques dont les militaires ont été investis".

La première appréciation du conflit israélo-libanais donnée par le général est liée aux véritables raisons, selon celui-ci, de cette guerre. "L'enlèvement à la frontière libanaise de deux soldats israéliens par le Hezbollah, n'était que le prétexte pour le début des hostilités, a dit le général Gareev. Tout le monde sait que le Mossad - les meilleurs services de renseignement au monde, c'est bien connu - a retrouvé et libéré des griffes de leurs ravisseurs des ressortissants israéliens jusqu'en Afrique. Par conséquent, il aurait très bien pu le faire sans problème au Liban. Le but réside donc ailleurs. Il fallait tout simplement une autre raison. Alors Tel-Aviv a manifestement agit de connivence avec Washington. Avec un désir évident, celui d'inciter la Syrie et le Liban à entrer dans la guerre. En cas de réussite il aurait été possible aux Etats-Unis et à Israël de porter des frappes contre les "peu conciliants" Damas et Téhéran, contre les usines iraniennes d'enrichissement d'uranium. Et le fait que ce scénario ait fait long feu, est à porter à l'actif de ces pays et de la communauté internationale".

"C'est vrai que l'on peut aussi comprendre Israël, a dit le général. Avoir à sa porte une organisation aussi ingouvernable que le Hezbollah, qui a tout moment peut ouvrir le feu contre son territoire, tuer ses compatriotes, cela pose problème. Un problème qui préoccupe grandement Israël. Cependant, j'estime que la lutte contre le mouvement chiite aurait pu être menée autrement, au moyen de frappes ciblées, de la reconnaissance, de raids de commandos, mais personne ne parviendra jamais à justifier des bombardement massifs de la population, la mort de vieillards, de gens, d'innocents".

"D'un autre côté, si l'on s'en tient à la logique d'Israël et on approuve ses actions, sans pouvoir toutefois les justifier pleinement, alors après l'enlèvement de nos diplomates à Bagdad nous aurions dû nous mettre à bombarder l'Irak. En effet, il aurait été très simple de pilonner la capitale irakienne, les champs pétrolifères, les ponts... Zakaïev et d'autres terroristes tchétchènes se trouvent actuellement à Londres. Alors, faut-il entreprendre des raids sur le capitale britannique? Si une telle ligne triomphait, le monde serait mis en capilotade. Voilà pourquoi il faut toujours chercher les solutions les plus adéquates à la situation", estime le président de l'Académie des sciences militaires.

"Le monde arabe - près de cent millions de personnes - est très hétérogène. Les Etats islamiques n'ont pas constitué un front unique, pas même pour condamner Israël ou soutenir le Hezbollah, quoique, bien sûr, des manifestations contre la guerre au Liban aient eu lieu dans plusieurs pays. Toute personne normalement constituée s'insurge face à la mort de civils. Seulement l'absence d'un soutien unique du Liban montre qu'il n'y a pas de complot unique du monde islamique contre les chrétiens ou les Hébreux. Ce sont là des absurdités. Les Américains ont soutenu les musulmans albanais au Kosovo. L'Arabie saoudite a toujours été aux côtés des Etats-Unis. Elle a depuis longtemps pris le parti de l'Occident. Et pas seulement sur le plan idéologique: elle et les autres pays du Golfe sont liés aux finances occidentales. Les pétroliers arabes placent de l'argent dans toutes les banques du monde. Et ces dernières resteraient sans rien si elles se brouillaient avec eux".

"C'est peut-être la raison pour laquelle nous avons observé quelque chose de foncièrement nouveau au cours de la guerre israélo-libanaise, a dit le général Gareev. Jamais encore dans l'histoire de l'humanité l'armée d'un pays indépendant, reconnu par les Nations Unies, ayant des relations diplomatiques avec cent pays du monde, n'était restée les bras croisés lorsque son territoire et sa population avaient été attaqués. Cette armée, c'est celle du Liban. Qui plus est, elle n'avait même pas reçu l'ordre de défendre le territoire et la population libanaise. Stupéfiant. On se demande vraiment quelle peut être la raison d'être d'une telle armée? A quoi bon entretenir cette armée qui coûte pourtant cher aux contribuables libanais? C'est là un phénomène très dangereux et très préoccupant pour les autres Etats.

"Ce qui est grave aussi, c'est que le conflit israélo-libanais a révélé une tendance très désagréable, a ajouté le responsable militaire. Au cours de la première guerre mondiale, les civils avaient constitué 5% des pertes totales. La moitié pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est vrai qu'en Union soviétique sur les 27 millions de tués plus de 18 millions n'avaient jamais tenu une arme à la main. Pendant la guerre du Vietnam les civils représentaient déjà 95% des pertes totales. Il se trouve des théoriciens pour faire l'apologie de la guerre dite "sans engagement", quand les belligérants échangent des frappes aériennes et navales sans entrer en contact direct. Mais contre qui ces frappes sont portées? Contre la population des villes, contre les sites industriels et énergétiques, les ponts, les routes, les écoles, les hôpitaux... Lorsque tout cela sera détruit, l'ennemi se rendra, estiment-ils. Prétendre cela a quelque chose d'inhumain. Mais même contre les gaz de combat et les armes toxiques des conventions internationales ont été adoptées, comme celles de La Haye, de Vienne... Il faut s'insurger contre ces modes de conduite de la guerre, il faut que l'ONU interdise de bombarder les villes, la population civile. Il faut aussi que ces procédés de conduite de la guerre soient qualifiés de crime contre l'humanité et au moins limiter l'usage des armes contre la population civile".

"Surtout qu'au Liban la destruction des ponts et des routes et l'assassinat de civils n'ont pas apporté la victoire à l'armée israélienne. Les milices soutenues par la population sont invincibles. Parce qu'elles ne circulent pas sur les routes et n'empruntent pas les ponts, ne se dissimulent pas dans les villes, suivent les sentiers de montagne et se reposent dans des cavernes et des bases connues d'elles seules. Voilà où réside leur force. Et le fait qu'avant le début des hostilités l'Armée israélienne n'avait pas localisé l'essentiel des positions du Hezbollah est à inscrire au passif de ses chefs".

"Je tiens aussi à relever que cette opération de Tsahal contre le Hezbollah et le Liban a été la plus malheureuse de son histoire, dit le président de l'Académie des sciences militaires. Pour tenter de se justifier Tel-Aviv prétend que le Hezbollah disposait d'"armes russes". Notamment des roquettes RPG-29 "Vampir". C'est effectivement une arme antichar efficace. Mais de nos jours on en trouve partout. Je ne m'explique pas comment la Russie aurait fourni ces roquettes. D'ailleurs, je ne crois pas à cette version. Ces dernières années l'Ukraine et même la Biélorussie en ont livrées secrètement. La Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie commercialisent des armes de fabrication soviétique... Elles s'en débarrassent pour acquérir des armements otaniens. L'armée israélienne combat exclusivement avec des armes américaines et il ne viendrait à l'esprit de personne de demander des comptes à l'Amérique pour la présence d'armes made in USA en Israël. Les armes peuvent se retrouver n'importe où. Ici tout revient à la politique. Les milices du Hezbollah sont les maîtres au Liban. Ils se cachent, manoeuvrent, dressent des embuscades, possèdent un bon service de renseignement... Et, chose essentielle, ils bénéficient du soutien de la population, ce qui n'est pas rien".

"Je voudrais dire aussi que l'efficacité du système de reconnaissance et des armes de haute précision tant vantés n'est pas aussi grande qu'on le souhaite. On s'en est aperçu aussi en Irak en 2003. Les choses s'étaient avérées bien plus compliquées quand il avait fallu détruire des cibles non isolées . Et puis militairement parlant, les milices du Hezbollah se sont montrées à la hauteur. La valeur militaire avait toujours été un problème pour les armées arabes. Maintenant on sait que des forces au sein du monde arabe acquièrent puissance et expérience et que même les pays industrialisés et leurs armées vont devoir compter avec elles".

"Quant au problème du Proche-Orient, il faudra tôt ou tard le régler par la négociation, a dit en conclusion le général d'armée Gareev. Plus tôt nous le comprendrons et mieux ce sera. Pour Israël, pour ses voisins et même pour les forces qui se tiennent derrière eux".

© RIA Novosti